Fashion victim : Ekena, “Manja kely” ialahy ! Satria mitovitovy amin’ny Anabavin’ialahy !

Ekena, “Manja kely” ialahy ! Satria mitovitovy amin’ny Anabavin’ialahy !

Les moutons de Panurge

Le récit de mes voyages en Terre Sakalava, dans la région Melaky, ne peut se résumer en quelques lignes. Cependant, je me souviens bien que les jeunes hommes, avec leur coupe de cheveux « kilalaky » (oui je parle bien de cette musique traditionnelle popularisée par Barinjaka ou Jiromanga), étaient robustes. De par leur culture, ils avaient un caractère « mahasakisaky », ou combatifs. Pour montrer leur virilité et pour faire bonne impression auprès des filles, la culture veut que ces jeunes participent aux « MORAINGY », la boxe Malagasy par excellence.

De retour à Antananarivo en 2014, à mon grand étonnement, j’ai remarqué ces jeunes hommes, soi-disant civilisés, avec les mêmes têtes… Sont-ils allés chez le même coiffeur ? 🙂 . Ces gars-là semblaient provenir d’une même usine de fabrique, d’une production à la chaîne. Dans notre société « consommatrice », l’individu ressemble étrangement à un mouton… Tout le monde (le troupeau) se comporte curieusement de la même manière. Imiter les autres, suivre la tendance, posséder des biens matériels (téléphone, accessoires hi-tech, habits, etc.) et surtout se conformer à une idée dominante en éliminant tout sens critique et sans se poser de question : Voilà où nous en sommes ! Une société qui se féminise ? Tant mieux ! Mais une société où les hommes sont efféminés, attention : Alerte !

Portrait type d’un jeune Malagasy moderne (BG ou SWAG, je ne sais pas)

La coupe de cheveux ni long — ni court, je dirais plutôt une coiffure « coupe carrée », étrangement mince avec un jean slim moulant et… narcissique à donf ! (Eh oui, il lui faut au moins quinze minutes pour travailler sa « bogossité » devant le miroir).

J’accuse !

La médiatisation du mode de vie des stars a incontestablement influencé les jeunes urbains Malagasy. Avouons-le, s’ils adoptent cette apparence efféminée, c’est pour se faire remarquer. Curieusement, il faut être un BG et ressembler aux icônes de la musique ou de la mode pour capter l’attention des filles dans la rue. Alors je soulève la problématique suivante : est-ce que, inconsciemment dans un futur proche, ce mode de vie aura raison d’eux et les transformera en de véritables femmelettes ? Mais où va donc ce Pays ?! Avec ces hommes efféminés sans en être conscients… Allons-nous toujours imiter les pratiques occidentales, accepter la prise de décision d’autrui sur notre propre avenir ? Bien que dans un groupe animal ou humain, le « mal dominant » ou l’homme fort, en l’occurrence l’Occident, reste le seul décideur, J’ACCUSE !

arePetit télégramme à ma génération

« Jeunes hommes, le monde compte sur nous. Au lieu d’être des moutons de Panurge, soyons des modèles, des exemples, des frères, des pères, des repères, des maris, des leaders, des décideurs… Soyons tout simplement des Hommes ! »

P.S : Dans un slam-poésie intitulé « ADOLANTSENTO MANKANY MANKANY », écrit vers janvier 2014, j’expose mes idées sur ce sujet.

Tahiry James pour Buskers Magazine

Pour terminer cette article sur une note d’humour, écoutez-moi ça 🙂

Publicités

Une réflexion sur “Fashion victim : Ekena, “Manja kely” ialahy ! Satria mitovitovy amin’ny Anabavin’ialahy !

  1. Est ce que l’auteur de cet article s’est regardé dans un miroir ? Est-il aussi parfait ? Est-il vraiment un homme ? J’en doute. Avant de critiquer les autres, il faut se juger soi-même

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s