Baobab Rose Antsahavola : nouveau Loft Jazz pour les swing lovers !

C’est certain, les aficionados du Blue Note feront bientôt d’Antsahavola leur capitale ! Ce quartier devenu un haut lieu d’art et de culture s’ouvre aujourd’hui à la musique, avec la scène toute fraiche du Baobab Rose. Une nouvelle qui ne manque pas de faire jaser les résidents.

Antsahavola – Antananarivo. On y connait bien Roses & Baobabs, cette galerie avec ses fresques hautes en couleur. Et maintenant, c’est le tour de sa boutique sœur, le Baobab Rose, de faire parler d’elle. Sous l’influence du charismatique mécène franco-malgache Gerard-Albin Fiorina, oui, malgache aussi, car son cœur est bien ici, la gérante des lieux, Suzy Rakotoarison prévoie d’organiser mensuellement un concert aux tonalités jazzy dans le vaste « petit salon » aménagé en dessous du magasin d’art.

Donc, ce nouvel évènement se déroulera tous les derniers samedis du mois. En août, la scène a accueilli un trio de caractère, avec Bim au chant et à la conga, Sanda à la guitare et Tommy Ratefy au clavier. Le thème de la soirée ? La musique latino avec des standards brillamment revus ! Ponctué par la voix plus que chaleureuse de Bim et le doigté pratiquement féerique de Sanda sur chacune de ses guitares, il ne manquait plus qu’une bouteille de champagne pour apprécier l’ensemble. En tout cas, le coin-bar fraîchement installé était suffisamment truffé pour déguster encas et autres apéritifs envoûtants.

Dans un son clair et balancé au décibel près, le talent de ces artistes a tout naturellement dépaysé l’auditoire le temps d’un intermède aux sonorités sud-américaines, avec des variétés latinisées en bonus. Si les scènes jazzy mettent généralement en avant l’interprétation aux tonalités malgaches, cette soirée-là, les mélomanes ont eu le privilège de découvrir une musique universelle et structurée qu’on ne saurait dire de quelle partie du monde elle provient vraiment. Bien intéressant en effet, mais comme la maison n’est pas un amphithéâtre, et vu sa gratuité (bien que consommation obligatoire), assister à aux concerts chez Baobab Rose se fera en premier lieu par invitation. En tout cas, la scène du mois de septembre promet aux heureux convives le même swing !

Billy Verydick pour Buskers Magazine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s