Let’s Dance 4 : les Nigga’s sont de nouveau champions !

Formidable ! C’est tout ce que l’on peut dire de la performance de la troupe de danse urbaine « Nigga’s » lors du meeting Let’s Dance 4, le 4 septembre dernier au Dôme RTA Ankorondrano. Déjà vainqueurs du concours de show chorégraphique l’année dernière, ils conservent leur titre et demeurent ainsi les « maîtres du trône ». Bien joué !

La concurrence a été rude, les prestations indescriptibles. Cinq équipes se sont affrontées lors de la « Grande finale » du concours de show chorégraphique de la quatrième édition de l’évènement Let’s Dance. Mais les Nigga’s demeurent les « maîtres du trône » ! Tout comme le public, les jurys ont été subjugués par leur performance invraisemblable, les amenant à rendre un verdict en faveur de la troupe de danse native de Mahanjaga, malgré le spectacle exceptionnel offert par les autres participants. Parmi les concurrents, on applaudit la Young Dancers Crew d’Antananarivo, la VIP Crew de Fianarantsoa, la Ultimate 101 d’Antsirabe et l’Union Dance Crew de Toamasina.

14287529_1181710025185540_107516296_n

Bravo aux Nigga’s !

La troupe GB Wild, principale initiatrice de l’évènement Let’s Dance, a également participé au show, avec une interprétation ayant duré près d’une heure trente minutes. La congrégation nous a offert un mix des différents types de danse urbaine dont la vogue, le « sweet-jazz », le « teetoon » et le « L.A style », originaire de la ville de Los Angeles, en Amérique. En tout, 35 danseurs de la troupe GB Wild ont participé à la quatrième édition du show Let’s Dance, dont 30 filles et 5 garçons, issus de l’école de danse malagasy « School of Wild ». Leur prestation était tout bonnement une démonstration de la force implacable et spectaculaire de leur équipe, à travers des chorégraphies flash-backs de l’année académique 2015-2016.

14100291_914897005287203_6716450602004617475_n

School of Wild

 

Par ailleurs, les différentes interprétations des troupes de danse ont été alternées par les animations d’artistes de renoms tels que Gangstabab, Bolo, eu encore le Beatbox humain de « Do Be », petit artiste en herbe…

Samantha Mandresy pour Buskers Magazine

PS : Nous publierons bientôt les photos 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s