Caravane de la paix du 21 septembre : Plus de 1500 jeunes participants !!!

Du stade municipal de Mahamasina, l’Académie nationale des sports (ANS) – Ampefiloha, en passant par Anosy, la Caravane de la paix a rassemblé pas moins de 1500 participants le 21 septembre dernier, à l’occasion de la célébration de la journée internationale de la Paix.

Associations et organisations de la société civile, universitaires, membres de la Coordination nationale du volontariat, etc., tels ont été une poignée des participants à la Caravane de la paix le 21 septembre dernier à Antananarivo. Les départements ministériels, avec à la tête le ministère de la Jeunesse et des sports, ont également rehaussé de leur présence cette manifestation résolument pacifiste. Venus en masse, les jeunes Malagasy ont non seulement exprimé leur solidarité, mais également leur désir de changement.

Tout au long du trajet et à chaque arrêt, des actions d’information et de sensibilisation ont été effectuées. Pancartes, banderoles, bannières et autres supports de sensibilisation ont été installés et  brandis par une horde de citoyens âgés de 13 ans à la cinquantaine.

Entre animations et sensibilisations, Caravane et flash mob, rencontre sportive et remise officielle de prix, cette journée a été tout bien riche en connaissances et en divertissements. Une dizaine de jeunes lauréats se sont vus remettre leurs prix dans le cadre du concours sur l’identité et la réconciliation nationale.

L’identité nationale ancrée

Le Concours sur l’identité et la réconciliation nationale, présentant trois volets, dont l’écriture, le dessin et la photographie, a vu la participation de 60 candidats. Cette année, la  majorité des lauréats a été issue des provinces, des jeunes âgés de 13 à 16 ans. A la clé de leur succès se trouve leur vision de l’identité nationale basée sur l’appartenance, la famille, l’entraide, ou encore l’éradication de la corruption.

D’après les mots du ministre de la Jeunesse et des sports, Jean Anicet Andriamosarisoa, plus de 65% de la population étant constitué de jeunes, la culture de la paix, de la sérénité mais également de l’éducation des jeunes est impérative. La politique de la Jeunesse et la Charte africaine de la jeunesse permettent de pallier tout cela. Suite à  l’atelier de restitution des différents instruments internationaux et nationaux sur l’implication des jeunes dans le processus de consolidation de la paix organisé par le Programme des nations unies pour le développement (Pnud) et le ministère lundi et mardi dernier, des outils ont également été remis aux jeunes pour leur permettre de renforcer leurs connaissances.

Samantha Mandresy pour Buskers Magazine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s