roxicomania-buskers-magazine

Roxicomania : 9 heures de raw power !

Le rendez-vous est donné le 30 décembre au Kudéta Urban Club Anosy (Antananarivo) pour un concert de 9 heures, avec une programmation du tonnerre !

Publicités

« Dihim-bolana » : Ils vont danser et slamer à Manjakandriana

Cet évènement inédit réunit deux disciplines hors des sentiers battus de Tana : le slam et la danse.

261Indieradio : Big up à la webradio des artistes indé !

Avec cette webradio à laquelle je suis abonnée depuis août dernier, mes heures de boulot passent plus vite et mon univers musical ne cesse de s’élargir.

tsara-soratra-buskers-magazine-2.jpg

Takelaka Tsara Soratra : 150 raisons d’aimer la littérature malgache

En bref, Takelaka Tsara Soratra, c’est une revue littéraire avec une belle première édition qui m’a permis de découvrir les œuvres de Na Hassi, Andrianetrazafy Hemerson, Riambola Mitia, Avelo-Nidor, Dédé Sorajavona, Nalisoa Ravalitera, Barry Sirjon et un certain Iriana Mpisorona.

zerowastefestival-buskers-magazine

Zero Waste Festival : pas de gaspillage avec ce festival écolo

A l’occasion du Dago Festival 2017, Zero Waste Festival fédère les écolos et autres acteurs soucieux du bien-être de la nature.

hay-1-buskers-magazine

« HAY » : le rendez-vous des artistes et festivaliers engagés

« Hay » est né d’un concept simple, mais se démarque par son aspect engagé : cette nouvelle plateforme initiée par Voots Kongregation met à l’honneur la musique des quatre coins de la Grande Île.

Dago Festival 2017

Peau neuve pour le monde des arts à Madagascar avec « Dago Festival »

« Dago Festival » qui s’est prédit l’année dernière s’arme d’une programmation riche et sophistiquée pour nous dépayser durant tout un mois, du 1er septembre au 1er octobre 2017.

Conflits de générations : Qui paralyse « La Nouvelle école » ?

Le conflit de générations est un mal qui ne date pas d’hier, mais qui continue d’altérer les relations dans le milieu artistique malgache actuel.

Vie d’artiste : L’égo, un poison qui a son remède

L’égo. Tout artiste en a, et pas que peu, surtout dans ce « cercle d’élus » regroupant quelques musiciens, poètes, peintres, danseurs, etc., amateurs ou professionnels. Si certains marginaux parviennent tant bien que mal à calmer leur ardeur pour rester humble, après un ou deux verres, d’autres ne se gênent pas, ou si, d’exposer leur « égo surdimensionné », bien différent de ce que l’on qualifierait d’« estime de soi ». Parlons-en en toute modestie.

Afro-folk : Alalá nous dépayse avec leur EP « Eo Ary »

L’afro-folk d’Alalá trouve petit à petit son terreau parmi les mélomanes d’ici et d’ailleurs. Dans leur EP « Eo ary », le métissage musical se ressent dès les premières notes. La qualité de l’orchestration tout comme de l’harmonisation vocale témoigne du talent et du travail épuré du band mené par Ghoul.